La politique de Joe Biden vis-à-vis de la Chine

Depuis la montée en puissance de la Chine et surtout sur le plan économique, les relations ne sont pas au beau fixe avec les États-Unis. Les tensions sont d’ailleurs montées d’un cran avec le président Donald Trump qui a imposé plusieurs barrières commerciales sur les produits chinois. Toutefois, l’on se demande quelle sera l’attitude du nouveau président Joe Biden vis-à-vis du géant de l’Asie. Les relations resteront tendues ou un assouplissement sera observé ?

L’état des lieux des relations entre les deux pays

Malgré l’éclosion de l’économie chinoise, les États-Unis ont tenté de poursuivre les échanges commerciaux avec la chine. Mais cette politique a été de facto rompue par l’actuel président Donald Trump qui a dénoncé un déséquilibre des échanges entre les deux pays. Et pour rééquilibrer les échanges et ralentir les investissements du géant d’Asie, l’actuel locataire de la Maison-Blanche a imposé plusieurs taxes douanières sur l’importation des produits chinois.

Une politique jugée radicale par les démocrates considérant que certaines entreprises américaines comme Apple ont besoin des accessoires chinois pour la fabrication des smartphones et ordinateurs. Cependant, cela ne veut pas dire que le camp démocrate n’approuve pas les sanctions imposées.

Biden sur la même lancée que Trump

Si la politique de l’administration Trump a été critiquée dans la forme, tout porte à croire Joe Biden ne lèvera pas les sanctions imposées par son prédécesseur s’il veut bien exécuter son programme. Puisque dans sa future politique, le nouveau président élu a promis soutenir les recherches technologiques afin de ralentir l’influence du géant chinois dans le domaine.

Certes, Joe Biden a critiqué la méthode de Trump, mais au fond, le démocrate, sauf surprise, devrait maintenir les taxes douanières s’il tient à réduire l’influence de la Chine. De même, l’administration Biden fera pression sur ses alliés afin que ces derniers boudent les produits technologiques chinois au profit des importations américaines. Toutefois, les stratégies peuvent changer.